10% de réduction sur l'achat à partir de € 150,00

News

Huile d’olive extra vierge et cerveau

La stimulation des fonctions cérébrales est essentielle pour prévenir les ef-fets du vieillissement. Et s’il y a bien une chose que chacun devrait envisa-ger de faire dès maintenant pour garder son cerveau jeune, c’est d’ajouter de l’huile d’olive extra vierge à son alimentation, selon des recherches menées par des scientifiques de la Lewis Katz School of Medicine de la Temple University.

Alzheimer et déclin cognitif: les bienfaits d’une alimentation riche en huile d’olive

Le lien entre huile d’olive et déclin cognitif n’est pas nouveau : il a déjà fait l’objet de plusieurs études, notamment en juin 2017. Un raison de plus pour se mettre au régime crétois.

Sous sa forme extra-vierge, elle protègerait du déclin cognitif et de la démence sénile. C’est une étude publiée dans la très sérieuse revue Annals of Clinical and Translationnal Nneurology : consommer régulièrement de l’huile d’olive extra vierge aide à conserver une bonne mémoire et une ca-pacité d’apprentissage tout au long de la vie. Surtout, elle réduit apparemment la formation de plaques amyloïdes-bêta dans le cerveau, responsables de la maladie d’Alzheimer. Pour obtenir de tels résultats, le Dr Domenico Pratico et son équipe ont étudié l’état de santé de murins, des petites chauves souris. Si toutes ces petites bêtes ont été génétiquement modifiées pour développer la maladie d’Alzheimer, seule la moitié d'entre elles ont reçu une alimentation riche en huile d’olive extra-vierge. Résultat: au bout de six mois, le groupe sujet au régime à l’huile d’olive réussissait mieux les tests de mémoire et d’apprentissage.

En étudiant ensuite leur cerveau, ils se sont aperçus que l’huile préservait l’intégrité des synapses (les connexions entre les neurones) et que les cellules nerveuses détruisaient les débris intercellulaires et les toxines comme les plaques amyloïdes bêta, un processus connu sous le nom d’autophagie. « C’est une découverte très importante, car nous soupçonnons qu’une réduction de l’autophagie marque le début de la maladie d’Alzheimer », a commenté l’auteur de l’étude. Et pour cause, des tissus cérébraux faisait état d’une meilleure neuroplasticité chez les murins nourris à l’huile d’olive. « Nos résultats démontrent que l'huile d'olive extra vierge améliore directement l'activité synaptique, la plasticité à court terme et la mémoire tout en diminuant la neuropathologie du gène codant la protéine tau chez les souris », expliquent les chercheurs.

En effet, des maladies neurologiques liées au vieillissement, (différentes de la maladie d’Alzheimer même si l’évolution se fait vers la démence): les taupathies, connues sous le nom de dégénérescences frontotemporales (ou démences fronto-temporales) se caractérisent par l’accumulation progressive d’une forme anormale d’une protéine appelée tau dans le cerveau. Ce processus entraîne un déclin de la fonction cognitive – ou démence.

L’huile d’olive extra vierge peut lutter contre ce type spécifique de déclin mental, permettant de préserver les synapses, connexions entre les neurones.


Dégâts dus aux inondations

Les récentes inondations qui ont frappé le pays n’ont pas épargné la Sicile et notre oliveraie a particulièrement souffert: les barrières du pont qui enjambe le canal longeant le terrain et permettant d’y acceder ont été emportées par l’eau qui n’a pu s’écouler car celui-ci était rempli se sacs de poubelles et de gros roseaux non taillés en encombraient le lit.

Les 200 jeunes oliviers Nocella del Belice plantés il y a un an ont été déracinés, un mur de pierres sèches également détruit, le compteur électrique emporté et retrouvé dans le canal…l’eau est monté à 1m 20.

Nous espérons seulement que nous pourrons vous offrir une bonne huile d’olive pour l’année 2020-2021. Maintenant nous allons soigner nos arbres traumatisés…

Voici quelques photos. 

Notre huile d'olive Bio est une huile d'exception: elle est vraiment Bio !


Mais l’affirmer ne suffit pas. Il faut le aussi prouver. C’est d’autant plus difficile que l’arnaque du Bio est évidente, en particulier dans le monde de l’huile d’olive. Il existe certes des réglementations (labels), mais la majorité d’entre eux sont extrêmement laxistes. Ceci entraîne des irrégularités nombreuses et parfois graves, pouvant aller jusqu’à des risques concernant la santé.

Le sérieux d’une huile Bio vient avant tout du sérieux du producteur. C’est nous, les producteurs, qui devons croire en ce que nous faisons. Le Bio est avant tout une philosophie, un choix, et doit être toujours respecté, quelles que soient les obligations qui s'ensuivent. C’est nous qui devons réclamer des contrôles stricts.
Travailler avec un agronome sérieux est nécessaire. Les agronomes de qualité sont aussi rares que la bonne huile. Un bon label, un bon agronome, un bon producteur et un bon moulin forment une équipe gagnante.
À ce prix, il est possible de produire une huile d’olive vraiment bio et de grande qualité. La Barakà remplit ces conditions pour obtenir une huile exceptionnelle: l'huile Amadeus.

Pour la majorité des consommateurs d’huile d’olive, le Bio est une agriculture qui renonce à l'utilisation d' OGM et de produits chimiques (engrais et traitements). C’est déjà un pas en avant. Mais cela ne suffit pas pour obtenir un produit vraiment biologique.
Le chemin est long et difficile pour obtenir un fruit, l’olive, sain et bio. De l’olive à l’huile qui arrive sur votre table, le parcours est également laborieux et loin d’être une promenade. De plus, la nature est capricieuse et, souvent, ne nous aide pas. 
Tout commence par le terrain où poussent vos arbres : sa position, sa composition, les cultures voisines. Mais aussi l’eau qui sert à l’arrosage (analyses). les engrais strictement contrôlés, le fumier et les semences bio sans OGM. 

Le traitement et la prévention des maladies des arbres sont effectués avec des produits bio, les contrôles sont réalisés par les sociétés qui délivrent les labels. 

La cueillette est faite uniquement par des moyens manuels et les olives sont pressées dans les 4 heures qui suivent la récolte. Il s'agit d'une pression à froid (24 à 27 degrés par système à 2 temps évitant l’adjonction d’eau. L'huile est ensuite mise en silos d’acier à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur (température: 14 degrés). 

Dans nos prochains articles, nous vous expliquerons chacune de ces étapes en détail. Elles ont toutes leur importance pour obtenir une huile d'olive de qualité. 

La taille de nos oliviers

Une taille sévère des arbres est réalisée tous les 3 ans.

Au cours des deux années qui suivent la taille,  nous utilisons un mode de taille réduit, chaque année, éliminant les rameaux secs et les rameaux inférieurs pour dégager le pied de l’arbre.

L’ensemble de l’oliveraie est partagée en 3 zones dont le cycle de taille est décalé pour obtenir de cette manière une récolte toujours présente, sachant que la récolte des arbres ayant subi une taille sévère sera pauvre la première année.

Après chaque taille, nous effectuons un traitement par pulvérisation (avec de la bouillie bordelaise).

Grâce à l’irrigation par le système Venturi, un traitement anti-stress est administré aux arbres qui ont été taillés. Il s’agit d’un traitement homéopathique.

Nous taillons nos arbres nous-mêmes car la majorité des tailleurs ne respectent pas des règles strictes, mais indispensables :

  • Désinfecter les outils
  • Ne pas utiliser de scies mécaniques
  • Brûler les rameaux immédiatement
  • Pulvériser avec bouillie bordelaise immédiatement


Nos méthodes de fertilisation et traitements sont...plus efficaces, plus précis, plus bio !


Nous utilisons la fertirrigation, une technique agricole qui consiste à apporter les fertilisants (ou les traitements) en même temps que l’on procède à l’arrosage des plantes par le biais d’un système d’irrigation.

La fertigation présente de nombreux avantages :  les plus importants sont l’amélioration de la production, la protection de l’environnement, la diminution de la quantité d’eau et de produits (toujours bio en ce qui nous concerne) et enfin une réduction des besoins en main-d’œuvre. Pour nous, elle permet surtout d’améliorer la qualité et le rendement tout en dosant mieux nos fertilisants, car un excès d’apports est tout aussi préjudiciable qu’une pénurie. Elle permet également d’apporter le produit dans la zone racinaire.

La culture biologique présente des avantages considérables également à ce niveau-là: les rejets des fertilisants ne sont pas toxiques, ils ne polluent pas les nappes phréatiques. Le système Venturi permet d’utiliser la fertigation. Il permet également et d'administrer certains traitements aux arbres. Nous recourons à l’homéopathie et aux isothérapiques avec lesquels nous obtenons de de bons résultats.

Notre eau d’irrigation provient d’un forage à 200 m de profondeur. Les analyses sont demandées régulièrement.


Quand devons-nous récolter l'olive? 

« D’abord écouter la nature »


Le moment idéal pour débuter la récolte est, nous le savons, le moment où la dupe commence à se colorer.  On ne doit surtout pas attendre que l’olive devienne noire, sachant que cette maturation est rapide.

En Sicile, la tradition joue un rôle important dans la cueillette de l'olive. Pour des raisons liée au rendement et au goût de l'huile, de nombreux récolants locaux jugent impensable de commencer la récolte avant le 15 septembre d'une année. 

Mais la tradition ne doit pas rester le seul critère de décision concernant le début de la récolte. C’est la nature qui doit décider. Elle ne se trompe jamais. L’homme lui se trompe trop souvent.

Il est donc indispensable d'écouter et suivre les conseils de la nature, c'est-à dire :

  • d'évaluer le moment du début de la maturation qui diffère selon la variété de l'olive,
  • de bien étudier le cycle des attaques de mouche de l’olivier au cours des années précédentes,
  • de connaître les statistiques météo des cinq dernières années, afin de tenter d’anticiper sur les perturbations orageuses habituellement prévues en Sicile autour du 15 octobre avec l’équinoxe.
  • la première attaque de mouche était prévisible à mi-septembre, et ensuite toute la fin septembre jusqu’au 15 octobre,
  • le changement climatique était net, donc le début de maturation a été précoce ( au 1er septembre),
  • la période d’orage de mi-octobre pouvait, logiquement, suivre le climat et arriver plus tôt.


En 2018, nous avons tenu compte de ces critères. Nos évaluations nous ont fait débuter la récolte le 29 août. Pourquoi?

Nous avons donc décidé de commencer la récolte le 29 août et avons insisté pour que notre moulin attitré ouvre ses portes spécialement pour nous. Nous avons terminé la récolte le 12 septembre. Elle a été   d’excellente qualité et le rendement de 15% en moyenne. 

La suite, vous la connaissez... La mouche a attaqué les oliveraies vers le 15 septembre, provoquant la chute des olives Mauresque à terre et la détérioration des olives restantes. Les orages sont arrivés dès le 20 septembre et ont continué à sévir jusqu’en novembre, empêchant toute récolte et tout travail du terrain, causant les dégâts que l’on sait.  En prenant en compte les phénomènes naturels, La Barakà a évité la catastrophe. Nous espérons que beaucoup d'autres récoltants feront de même à l'avenir et protégeant ainsi leur récolte.